Archive for décembre, 2011

Mission : Impossible – Protocole fantôme

Synopsis : Impliquée dans l’attentat terroriste du Kremlin, l’agence Mission Impossible (IMF) est totalement discréditée. Tandis que le président lance l’opération « Protocole Fantôme », Ethan Hunt, privé de ressources et de renfort, doit trouver le moyen de blanchir l’agence et de déjouer toute nouvelle tentative d’attentat. Mais pour compliquer encore la situation, l’agent doit s’engager dans cette mission avec une équipe de fugitifs d’IMF dont il n’a pas bien cerné les motivations. 

Mon humble avis :  J’ai aimé l’ambiance, les scènes d’action, les cascades, et certaines scènes à couper le souffle, comme par exemple celle sur la tour de Dubaï, ainsi que la tension finale. J’ai également aimé les petites touches d’humour. Ce que j’ai un peu moins aimé : Le scénario, sympa mais sans réelles surprises / Tom Cruise, moins convaincant que dans les précédents films sauf pour les scènes d’actions et les cascades / Certaines facilités de scénario vraiment tirées par les cheveux / Et surtout, au niveau de la musique, j’aurais aimé un « MI thème » digne de celui de la bande-annonce, style remix de Eminem, alors que là, celui du film est sans aucune originalité. Voici donc mon humble avis, mais peut-être suis-je trop exigeant…

Image de prévisualisation YouTube
VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 9.0/10 (2 votes cast)
Aucun tag pour cet article.

Je suis une légende

Synopsis : Robert Neville était une sommité scientifique avant la catastrophe qui a ravagée la planète. Un mystérieux virus d’origine humaine a transformé l’ensemble de la population en monstres assoiffés de sang. Mystérieusement immunisé contre ce le mal, Neville est aujourd’hui le dernier homme qui vit dans les ruines de New York et sans doute, le dernier homme qui reste sur Terre.

Pourtant, il garde espoir et depuis trois ans, il diffuse chaque jour des messages radio dans le but de rassembler d’éventuels survivants. Un beau jour, sa persévérance se voit récompenser…

Notre avis : étant un grand fan de Will Smith et des films d’anticipation en général, je me suis repassé récemment le DVD de « Je suis une Légende ». J’ai de nouveau été emballé et c’est pourquoi, je vous propose ce petit billet. F. Lawrence réussit avec ce film une  excellente adaptation du roman de R. Matheson, sans en trahir l’esprit et avec une pointe d’humour en plus.

C’est également une véritable performance d’acteur pour un Will Smith bodybuildé et attachant dans ce New York apocalyptique et ravagé. Personnellement, j’adore les scènes où le héros se promène dans les rues désertes (quoique pas si désertes que ça d’ailleurs…) avec sa ford occasion (une vieille Mustang GT 500). Suspens et frissons garantis. Les garagistes auront également beaucoup de plaisir en regardant ce film. Les amas de véhicules qui traînent dans la ville feraient le bonheur de la filière voiture occasion.

Au passage, je vous signale qu’une autre fin existe à ce film et dans laquelle le héros s’en sort. Personnellement, je trouve que la conclusion officielle, choisie par le réalisateur est beaucoup plus dramatique et cadre mieux avec l’ensemble de l’œuvre.

Notre note : 16/20 – A ne pas manquer !

Image de prévisualisation YouTube

VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 9.3/10 (3 votes cast)
Aucun tag pour cet article.

Les Lyonnais

Synopsis : De sa jeunesse passée dans la misère d’un camp de gitans, Edmond Vidal, dit Momon, a retenu le sens de la famille, une loyauté sans faille, et la fierté de ses origines. Il a surtout conservé l’amitié de Serge Suttel. L’ami d’enfance avec qui il a découvert la prison à cause d’un stupide vol de cerises. Avec lui, inexorablement il a plongé dans le Grand Banditisme, et connu l’apogée du GANG DES LYONNAIS, l’équipe qu’ils ont formée ensemble et qui a fait d’eux les plus célèbres braqueurs du début des années soixante dix. Leur irrésistible ascension prend fin en 1974, lors d’une arrestation spectaculaire. Aujourd’hui à l’approche de la soixantaine, Momon tente d’oublier cette période de sa vie. Sa rédemption, il l’a trouvée en se retirant des « affaires ». En prenant soin de Janou, son épouse, qui a tant souffert à l’époque et de ses enfants et petits enfants, tous respectueux, devant cet homme aux valeurs simples et universelles, lucide et pétri d’humanité. A l’inverse de Serge Suttel, qui malgré le temps n’a rien renié de son itinéraire.

Notre avis : Un chef d’œuvre ! Excellent casting dans les rôles principaux, mais également dans les seconds rôles. Un polar très sombre, une histoire intéressante, avec alternance entre scènes d’action et états d’âme, brutalité et réflexion. Les « flash back » ne cassent pas le rythme, le film ne provoque aucun ennui. De plus, ce film met bien en évidence la différence entre les racailles d’aujourd’hui et les anciens voyous qui, à défaut d’un pseudo code d’honneur, avaient au moins une autre mentalité que ceux d’aujourd’hui. On a également beaucoup aimé, entre autres, certaines choses qui passaient par les regards entre les personnages d’Edmond Vidal (le personnage principal) et de Max Brauner (le chef de l’Antigang).

Image de prévisualisation YouTube
VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
Aucun tag pour cet article.