Archive for juin, 2012

L’Âge de glace 4 : La dérive des continents

 

Synopsis : Alors que Scrat poursuit inlassablement son gland avec toujours autant de malchance, il va cette fois provoquer un bouleversement d’une ampleur planétaire… Le cataclysme continental qu’il déclenche propulse Manny, Diego et Sid dans leur plus grande aventure. Tandis que le monde bouge au sens propre du terme, Sid va retrouver son épouvantable grand-mère, et la petite troupe va affronter un ramassis de pirates bien décidés à les empêcher de rentrer chez eux.

 

Mon humble avis : J’ai adoré ! Toujours autant d’humour et de personnages déjantés, mais également un scénario intéressant, et plus d’émotions que dans les précédents. En prime, on a enfin droit à l’explication au sujet de certains mystères comme, entre autres, la dérive des continents, les statues de l’île de Pâques, la disparition d’un certaine cité, grâce à Scrat, toujours aussi attachant. Je les aime tous, mais ce quatrième est vraiment mon préféré.

Image de prévisualisation YouTube
VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 10.0/10 (2 votes cast)
Aucun tag pour cet article.

The Dictator

Synopsis : Isolée, mais riche en ressources pétrolières, la République du Wadiya, en Afrique du Nord, est dirigée d’une main de fer par l’Amiral Général Aladeen. Vouant une haine farouche à l’Occident, le dictateur a été nommé Leader Suprême à l’âge de 6 ans, après la mort prématurée de son père, tué dans un accident de chasse par 97 balles perdues et une grenade ! Depuis son accession au pouvoir absolu, Aladeen se fie aux conseils d’Oncle Tamir, à la fois Chef de la Police Secrète, Chef de la Sécurité et Pourvoyeur de Femmes. Malheureusement pour Aladeen et ses conseillers, les pays occidentaux commencent à s’intéresser de près à Wadiya et les Nations Unies ont fréquemment sanctionné le pays depuis une dizaine d’années. Pour autant, le dictateur n’est pas du tout disposé à autoriser l’accès de ses installations d’armes secrètes à un inspecteur du Conseil de Sécurité – sinon à quoi bon fabriquer des armes secrètes ? Mais lorsqu’un énième sosie du Leader Suprême est tué dans un attentat, Tamir parvient à convaincre Aladeen de se rendre à New York pour répondre aux questions de l’ONU. C’est ainsi que le dictateur, accompagné de Tamir et de ses plus proches conseillers, débarquent à New York, où ils reçoivent un accueil des plus tièdes. Il faut dire que la ville compte une importante communauté de réfugiés wadiyens qui rêvent de voir leur pays libéré du joug despotique d’Aladeen. Mais bien plus que des expatriés en colère, ce sont des sanctions qui attendent le dictateur dans la patrie de la liberté.

Mon humble avis : Les scènes de caricatures sont réussies, quelques passages m’ont fait rire, mais de nombreuses autres séquences sont trop lourdes pour être aussi marrantes que je l’espérais. J’aime parfois aussi la lourdeur, mais il manquait souvent un soupçon de finesse pour équilibrer le tout.

Image de prévisualisation YouTube
VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
Aucun tag pour cet article.

Blanche-Neige et le chasseur

Synopsis : Dans des temps immémoriaux où la magie, les fées et les nains étaient monnaie courante, naquit un jour l’unique enfant d’un bon roi et de son épouse chérie : une fille aux lèvres rouge sang, à la chevelure noire comme l’ébène et à la peau blanche comme neige. Et voilà précisément où l’histoire que vous croyiez connaître prend fin et où la nouvelle adaptation épique et envoutante de ce célèbre conte des frères Grimm débute. Notre héroïne, dont la beauté vient entacher la suprématie de l’orgueilleuse Reine Ravenna et déclencher son courroux, n’a plus rien d’une damoiselle en détresse, et la cruelle marâtre en quête de jeunesse éternelle ignore que sa seule et unique rivale a été formée à l’art de la guerre par le chasseur qu’elle avait elle-même envoyé pour la capturer. Alliant leurs forces, Blanche-Neige et le chasseur vont fomenter une rébellion et lever une armée pour reconquérir le royaume de Tabor et libérer son peuple du joug de l’impitoyable Ravenna.

 

Mon humble avis : Scènes de combats trop souvent illisibles, scénario parfois étrange, quelques scènes incohérentes (ou montage maladroit ?), quasiment aucun humour, très peu d’émotions, des dialogues plutôt fades. Vu sans ennui, mais vite oublié. Dans le genre, je préfère infiniment le précédent « Blanche-Neige » avec Lily Collins et Julia Roberts, pour son côté enchanteur, loufoque, et captivant, il m’avait émerveillé.

Image de prévisualisation YouTube
VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
Aucun tag pour cet article.

Blanche Neige

Synopsis : Lorsque son père, le Roi, meurt, Blanche Neige est en danger. Sa belle-mère, cruelle et avide de pouvoir, l’évince pour s’emparer du trône. Quand la jeune femme attire malgré tout l’attention d’un Prince aussi puissant que séduisant, l’horrible marâtre ne lui laisse aucune chance et la bannit. Blanche Neige se réfugie alors dans la forêt… Recueillie par une bande de nains hors-la-loi au grand cœur, Blanche Neige va trouver la force de sauver son royaume des griffes de la méchante Reine. Avec l’aide de ses nouveaux amis, elle est décidée à passer à l’action pour reconquérir sa place et le cœur du Prince.

 

Mon humble avis : J’ai doublement adoré cette version : Pour son côté conte de fées et enchanteur, vu que j’ai gardé une âme d’enfant, mais aussi (et surtout) pour son côté loufoque et déjanté ainsi que pour ses clins d’œils. Ce film plaira autant aux enfants qu’aux adultes !

Image de prévisualisation YouTube
VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
Aucun tag pour cet article.