Archive for décembre, 2012

Shatterhand

Synopsis (Source « Constellation Studios« ) : Suite à la mort de l’agent Hannes Oberhauser, qui fut son instructeur de haute-montagne, James Bond se lance à la poursuite de son assassin, le major Dexter Smythe, agent actif du MI6 et traitre au service. Bond retrouve le major qui lui communique des informations sur Blofeld. En guise de remerciement, il lui épargne la disgrâce d’un retour en Angleterre et lui offre une mort honorable. L’ennemi juré de Bond serait mort au Japan dans un mystérieux jardin dont on ne revient pas, tenu par son étrange propriétaire, le docteur Guntram Shatterhand… James Bond part au Japon afin d’élucider cette énigme.

Ian Fleming aura eu 100 ans en 2008 quand a commencé la travail sur cette nouvelle aventure :

SHATTERHAND

ou la joie d’avoir produit Shamelady

Suite à l’engouement suscité dans et hors de l’équipe du projet Shamelady (sortie en 2007), la même équipe équipe a décidé de se relancer dans la production d’une aventure de James Bond 007. Cette fois, l’hommage est notre manière de célébrer le centenaire de la naissance de Ian Fleming. L’intrigue est donc proche de l’œuvre littéraire, tirée de la nouvelle Octopussy, du dernier tiers du roman On ne vit que deux fois, étoffée d’une scène d’action prégénérique dans les Alpes et augmentée d’une fin spectaculaire toute cinématographique. Cette nouvelle production ambitieuse est destinée à une large diffusion sur l’Internet et dans les conventions. Elle n’a bien entendu aucun objectif lucratif et se veut juste un divertissement pour les fans. Le scénario de ce nouveau film hommage à James Bond, prévu pour durer une demi-heure, a été écrit par Eric Saussine en décembre 2006. Au cours du premier semestre 2007, le scénario est revu et corrigé par son auteur en collaboration étroite avec Pierre Rodiac et Fred Remy. En février 2007, durant la saison d’hiver, le tournage d’une poursuite à ski et d’une bagarre commence, sans être annoncé, dans les Alpes française dans la ville des Carroz d’Arraches avec Serge Rotelli (James Bond), Eric Saussine (qui joue aussi un petit rôle), Philippe Crave et Olivier Crave.

Constellation Studios remercie particulièrement ces deux derniers qui se sont joints à la production au dernier moment suite aux désistements involontaires des acteurs prévus à l’origine. Le film est officiellement annoncé fin mai 2007 alors que se préparait un gros tournage en juillet 2007, organisé par Pierre Rodiac, qui accueille l’équipe sur la Côte d’Azur et Philippe Crave, premier assistant réalisateur de métier, en charge de mettre en place la production. Après divers mini-tournages, et une longue période post-production, il sort en décembre 2012, pour les 50 ans de James Bond au cinéma.

Mon humble commentaire : Un film de James Bond (50 mn) fait entièrement par des amateurs, des passionnés, aucun pro dans l’équipe, une expérience intéressante à laquelle j’ai eu l’honneur et le plaisir de modestement participer, en me battant contre James Bond. Ce fut une expérience particulièrement intéressante, dans une excellente ambiance puisque nous étions entre amis. Le film est en anglais, destiné entre autres à être diffusé lors de convention James Bond en Angleterre, aisni que dans d’autres pays, mais les sous-titre en français sont téléchargeables avec le film La plupart des moyens relèvent du « système D », et voici le résultat, en téléchargement libre et gratuit ici : http://www.constellationstudios.org/spip.php?article509 et l’excellent bêtisier est ici : http://www.youtube.com/watch?v=DpXAbNKvLUA&feature=player_embedded

Image de prévisualisation YouTube

VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
Aucun tag pour cet article.

Le Hobbit : un voyage inattendu

Synopsis : Bilbon Sacquet cherche à reprendre le Royaume perdu des Nains d’Erebor, conquis par le redoutable dragon Smaug. Alors qu’il croise par hasard la route du magicien Gandalf le Gris, Bilbon rejoint une bande de 13 nains dont le chef n’est autre que le légendaire guerrier Thorin Écu-de-Chêne. Leur périple les conduit au cœur du Pays Sauvage, où ils devront affronter des Gobelins, des Orques, des Ouargues meurtriers, des Araignées géantes, des Métamorphes et des Sorciers. Bien qu’ils se destinent à mettre le cap sur l’Est et les terres désertiques du Mont Solitaire, ils doivent d’abord échapper aux tunnels des Gobelins, où Bilbon rencontre la créature qui changera à jamais le cours de sa vie : Gollum. C’est là qu’avec Gollum, sur les rives d’un lac souterrain, le modeste Bilbon Sacquet non seulement se surprend à faire preuve d’un courage et d’une intelligence inattendus, mais parvient à mettre la main sur le « précieux » anneau de Gollum qui recèle des pouvoirs cachés… Ce simple anneau d’or est lié au sort de la Terre du Milieu, sans que Bilbon s’en doute encore.

Mon humble avis : J’avais aimé la trilogie « Le Seigneur des anneaux », mais là, je suis nettement moins enchanté. Les effets visuels sont réussis, et le sujet me semblait passionnant, mais je trouve le résultat décevant : Manque de rythme, manque de charisme des personnages, des longueurs, quelques bizarreries de scénario. Déjà, dès le départ, je n’ai pas compris pour quelle obscure raison Bilbon Sacquet accepte le matin la « quête » qu’il refusait la veille au soir. Il se réveille, et il accepte, sans aucune raison, à moins qu’à ce moment l’effet anesthésiant de ce film m’ait brièvement endormi et qu’un détail m’ait échappé. J’irai quand-même voir les suites, par curiosité, en espérant être moins déçu.

 

Image de prévisualisation YouTube
VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
Aucun tag pour cet article.

Les Mondes de Ralph

Synopsis : Dans une salle d’arcade, Ralph la casse est le héros mal aimé d’un jeu des années 80. Son rôle est simple : il casse tout ! Pourtant il ne rêve que d’une chose, être aimé de tous. Vanellope Van Schweetz quant à elle, évolue dans un jeu de course, fabriqué uniquement de sucreries. Son gros défaut : être une erreur de programme, ce qui lui vaut d’être interdite de course et rejetée de tous. Ces deux personnages n’auraient jamais dû se croiser… et pourtant, Ralph va bousculer les règles et voyager à travers les différents mondes de la salle d’arcade pour atteindre son but : prouver à tous qu’il peut devenir un héros. Ensemble, arriveront-ils à atteindre leurs rêves ?

Mon humble avis : J’ai adoré ce film d’animation. Les personnages principaux sont très attachants, les personnages secondaires également, avec des caractéristiques bien définies. Beaucoup de références aux jeux vidéos bien sûr, mais également de la nostalgie, de l’amitié, de l’héroïsme, de l’humour, et de l’amour. Le scénario est soigné, ainsi que la réalisation. Les graphismes sont réussis, et la 3D s’intègre parfaitement.

Image de prévisualisation YouTube
VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 10.0/10 (2 votes cast)
Aucun tag pour cet article.