Archive for Aventure

Pages: Page précédente 1 2 3 4 5 Page suivante

Les Croods

Synopsis : Lorsque la caverne où ils vivent depuis toujours est détruite et leur univers familier réduit en miettes, les Croods se retrouvent obligés d’entreprendre leur premier grand voyage en famille. Entre conflits générationnels et bouleversements sismiques, ils vont découvrir un nouveau monde fascinant, rempli de créatures fantastiques, et un futur au-delà de tout ce qu’ils avaient imaginé. Les Croods prennent rapidement conscience que s’ils n’évoluent pas… ils appartiendront à l’Histoire.

Mon humble avis : J’ai beaucoup apprécié : Histoire intéressante même si elle n’est pas trop originale, excellents graphismes et 3D parfaite, personnages sympathiques et attachants, jolies pointes d’humour, et l’incontournable histoire d’amour. Pour petits et grands.

 

Image de prévisualisation YouTube

VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 9.5/10 (4 votes cast)
Aucun tag pour cet article.

Le Monde fantastique d’Oz

Synopsis : Lorsque Oscar Diggs, un petit magicien de cirque sans envergure à la moralité douteuse, est emporté à bord de sa montgolfière depuis le Kansas poussiéreux jusqu’à l’extravagant Pays d’Oz, il y voit la chance de sa vie. Tout semble tellement possible dans cet endroit stupéfiant composé de paysages luxuriants, de peuples étonnants et de créatures singulières ! Même la fortune et la gloire ! Celles-ci semblent d’autant plus simples à acquérir qu’il peut facilement se faire passer pour le grand magicien dont tout le monde espère la venue. Seules trois sorcières, Théodora, Evanora et Glinda semblent réellement douter de ses compétences. Grâce à ses talents d’illusionniste, à son ingéniosité et à une touche de sorcellerie, Oscar va très vite se retrouver impliqué malgré lui dans les problèmes qu’affrontent Oz et ses habitants. Qui sait désormais si un destin hors du commun ne l’attend pas au bout de la route ?

Mon humble avis :  Ce film m’a fait rêver, qu’il est agréable d’avoir réussi à garder une âme d’enfant. Magie, aventure, beaux sentiments, féerie, humour, trahisons, héroïsme, magnifiques paysages (je recommande vivement la 3D pour ce film), et une belle histoire d’amour. De plus, j’ai aimé l’esprit général de l’histoire. J’ai adoré ce film !

Image de prévisualisation YouTube
VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 10.0/10 (2 votes cast)
Aucun tag pour cet article.

Les Cinq Légendes

Synopsis : L’aventure d’un groupe de héros, tous doués de pouvoirs extraordinaires. Emmenées par Jack Frost, un adolescent rebelle et ingénieux, ces cinq légendes vont devoir, pour la première fois, unir leurs forces pour protéger les espoirs, les rêves et l’imaginaire de tous les enfants.

Mon humble avis : Magnifique ! Au delà de la beauté des images, ce film d’animation a tout ce qu’il faut pour faire rêver. Réalisation très soignée, belle histoire, personnages attachants, présence du Père Noël, du Lapin de Pâques, entre autres… Essentiellement destiné aux enfants, mais aussi à tous ceux qui ont conservé leur âme d’enfant ! Bon, la période de Noël est passée, certes, mais profitez-en quand-même, vous allez vous régaler !

Image de prévisualisation YouTube
VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 9.5/10 (2 votes cast)
Aucun tag pour cet article.

Le Hobbit : un voyage inattendu

Synopsis : Bilbon Sacquet cherche à reprendre le Royaume perdu des Nains d’Erebor, conquis par le redoutable dragon Smaug. Alors qu’il croise par hasard la route du magicien Gandalf le Gris, Bilbon rejoint une bande de 13 nains dont le chef n’est autre que le légendaire guerrier Thorin Écu-de-Chêne. Leur périple les conduit au cœur du Pays Sauvage, où ils devront affronter des Gobelins, des Orques, des Ouargues meurtriers, des Araignées géantes, des Métamorphes et des Sorciers. Bien qu’ils se destinent à mettre le cap sur l’Est et les terres désertiques du Mont Solitaire, ils doivent d’abord échapper aux tunnels des Gobelins, où Bilbon rencontre la créature qui changera à jamais le cours de sa vie : Gollum. C’est là qu’avec Gollum, sur les rives d’un lac souterrain, le modeste Bilbon Sacquet non seulement se surprend à faire preuve d’un courage et d’une intelligence inattendus, mais parvient à mettre la main sur le « précieux » anneau de Gollum qui recèle des pouvoirs cachés… Ce simple anneau d’or est lié au sort de la Terre du Milieu, sans que Bilbon s’en doute encore.

Mon humble avis : J’avais aimé la trilogie « Le Seigneur des anneaux », mais là, je suis nettement moins enchanté. Les effets visuels sont réussis, et le sujet me semblait passionnant, mais je trouve le résultat décevant : Manque de rythme, manque de charisme des personnages, des longueurs, quelques bizarreries de scénario. Déjà, dès le départ, je n’ai pas compris pour quelle obscure raison Bilbon Sacquet accepte le matin la « quête » qu’il refusait la veille au soir. Il se réveille, et il accepte, sans aucune raison, à moins qu’à ce moment l’effet anesthésiant de ce film m’ait brièvement endormi et qu’un détail m’ait échappé. J’irai quand-même voir les suites, par curiosité, en espérant être moins déçu.

 

Image de prévisualisation YouTube
VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
Aucun tag pour cet article.

Astérix et Obélix : Au service de Sa Majesté

Synopsis : 50 avant Jésus Christ. César a soif de conquêtes. A la tête de ses glorieuses légions il décide d’envahir cette île située aux limites du monde connu, ce pays mystérieux appelé Brittania, la Bretagne. La victoire est rapide et totale, ou presque : Un petit village breton parvient à lui résister, mais ses forces faiblissent. Cordelia, la reine des Bretons, décide donc d’envoyer son plus fidèle officier, Jolitorax, chercher de l’aide en Gaule, auprès d’un autre petit village, connu pour son opiniâtre résistance aux Romains. Dans le village gaulois en question, Astérix et Obélix sont déjà bien occupés. Le chef leur a en effet confié son neveu Goudurix, une jeune tête à claques fraîchement débarquée de Lutèce, dont ils sont censés faire un homme. Et c’est loin d’être gagné. Quand Jolitorax arrive pour demander de l’aide, on décide de lui confier un tonneau de potion magique, et de le faire escorter par Astérix et Obélix, mais aussi Goudurix, car ce voyage semble une excellente occasion pour parfaire son éducation. Malheureusement, rien ne va se passer comme prévu.

 

Mon humble avis : Au service de Sa Majesté. J’ai aimé, mais… Contrairement à ce que le titre et les quelques notes aux sonorités « bondiennes » du générique laissaient supposer, il n’y a dans ce film aucun clin d’œil à 007. Dommage, cela aurait pu être sympa. Dommage également d’avoir fait un mixage de deux aventures BD, je trouve que ça donne un scénario moins captivant que je l’aurais souhaité, et ça manque parfois de dynamisme et de cohérence. Mais à part ça, j’ai quand-même aimé ce film : Même s’il est loin du niveau de celui d’Alain Chabat, il est malgré tout nettement meilleur que le précédent « Astérix aux Jeux olympiques », ce qui n’est pas difficile. On y retrouve beaucoup d’humour, des dialogues souvent savoureux, et l’esprit de la BD.

 

Image de prévisualisation YouTube
VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 9.0/10 (1 vote cast)
Aucun tag pour cet article.

Expendables 2 : Unité spéciale

Synopsis : Les Expendables sont de retour, et cette fois, la mission les touche de très près. Lorsque Mr. Church engage Barney Ross, Lee Christmas, Yin Yang, Gunnar Jensen, Toll Road et Hale Caesar – et deux nouveaux, Billy The Kid et Maggie – l’opération semble facile. Mais quand l’un d’entre eux est tué, les Expendables jurent de le venger. Bien qu’en territoire hostile et donnés perdants, ils vont semer le chaos chez leurs adversaires, et se retrouver à tenter de déjouer une menace inattendue – cinq tonnes de plutonium capables de modifier l’équilibre des forces mondiales. Cette guerre-là n’est pourtant rien comparée à ce qu’ils vont faire subir à l’homme qui a sauvagement assassiné leur frère d’armes.

Mon humble avis : Nettement meilleur que le premier (personnellement, j’avais trouvé le premier très décevant) : Les combats sont infiniment mieux chorégraphiés, la réalisation est meilleure, les scènes d’actions très dynamiques, et surtout, les pointes d’humour et les clins d’œil cinématographiques sont réellement appréciables. Bon, le scénario n’est certes pas extraordinaire, et les ficelles parfois un peu grosses, mais les pointes d’humour et les clins d’œil (en particulier l’excellent clin d’œil aux « Chuck Norris facts ») sauvent largement l’ensemble. J’ai vraiment aimé ce film.

Image de prévisualisation YouTube
VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
Aucun tag pour cet article.

Total Recall Mémoires Programmées

Synopsis : Modeste ouvrier, Douglas Quaid rêve de s’évader de sa vie frustrante. L’implantation de souvenirs que propose la société Rekall lui paraît l’échappatoire idéale. S’offrir des souvenirs d’agent secret serait parfait… Mais lorsque la procédure d’implantation tourne mal, Quaid se retrouve traqué par la police. Il ne peut plus faire confiance à personne, sauf peut-être à une inconnue qui travaille pour une mystérieuse résistance clandestine. Très vite, la frontière entre l’imagination et la réalité se brouille. Qui est réellement Quaid, et quel est son destin ?

Mon humble avis : Excellente réalisation des scènes d’action, mais quelques plans de scènes de combats sont parfois trop brouillons, surtout par exemple lors de la toute première scène de combats. J’ai aimé l’ambiance particulièrement sombre de la « colonie » ainsi que différents clins d’œil à d’autres films. Histoire captivante, différente de l’œuvre originale, mais le scénario comporte quelques petites incohérences, ce qui semble décidément être une mode depuis quelques temps. Les personnages n’étaient pas aussi intéressants que dans dans le film de Paul Verhoeven. L’ensemble est suffisamment captivant, sans être toutefois inoubliable.

Image de prévisualisation YouTube

VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
Aucun tag pour cet article.

The Amazing Spider-Man

 

 

Synopsis : Abandonné par ses parents lorsqu’il était enfant, Peter Parker a été élevé par son oncle Ben et sa tante May. Il est aujourd’hui au lycée, mais il a du mal à s’intégrer. Comme la plupart des adolescents de son âge, Peter essaie de comprendre qui il est et d’accepter son parcours. Amoureux pour la première fois, lui et Gwen Stacy découvrent les sentiments, l’engagement et les secrets. En retrouvant une mystérieuse mallette ayant appartenu à son père, Peter entame une quête pour élucider la disparition de ses parents, ce qui le conduit rapidement à Oscorp et au laboratoire du docteur Curt Connors, l’ancien associé de son père. Spider-Man va bientôt se retrouver face au Lézard, l’alter ego de Connors. En décidant d’utiliser ses pouvoirs, il va choisir son destin.

 

 Mon humble avis : J’ai beaucoup aimé, malgré quelques points négatifs. Le personnage correspond plutôt bien à celui de la BD d’origine, même s’il manque encore quelques éléments pour le rendre aussi attachant. La réalisation est agréable et dynamique, la 3D et les effets spéciaux sont réussis. J’aurais aimé que le 6ème sens de Spiderman (son fameux « sens du danger ») soit mieux visualisé et utilisé. De même, certains points du scénario me semblent un peu faibles. Mais dans l’ensemble, j’ai été suffisamment captivé par ce film pour ne pas être gêné par les quelques incohérences et raccourcis parfois hasardeux du scénario. Attention : Le générique de fin est en deux parties, et il y a une petite scène intéressante entre ces deux parties.

Image de prévisualisation YouTube
VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
Aucun tag pour cet article.

L’Âge de glace 4 : La dérive des continents

 

Synopsis : Alors que Scrat poursuit inlassablement son gland avec toujours autant de malchance, il va cette fois provoquer un bouleversement d’une ampleur planétaire… Le cataclysme continental qu’il déclenche propulse Manny, Diego et Sid dans leur plus grande aventure. Tandis que le monde bouge au sens propre du terme, Sid va retrouver son épouvantable grand-mère, et la petite troupe va affronter un ramassis de pirates bien décidés à les empêcher de rentrer chez eux.

 

Mon humble avis : J’ai adoré ! Toujours autant d’humour et de personnages déjantés, mais également un scénario intéressant, et plus d’émotions que dans les précédents. En prime, on a enfin droit à l’explication au sujet de certains mystères comme, entre autres, la dérive des continents, les statues de l’île de Pâques, la disparition d’un certaine cité, grâce à Scrat, toujours aussi attachant. Je les aime tous, mais ce quatrième est vraiment mon préféré.

Image de prévisualisation YouTube
VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 10.0/10 (2 votes cast)
Aucun tag pour cet article.

Blanche-Neige et le chasseur

Synopsis : Dans des temps immémoriaux où la magie, les fées et les nains étaient monnaie courante, naquit un jour l’unique enfant d’un bon roi et de son épouse chérie : une fille aux lèvres rouge sang, à la chevelure noire comme l’ébène et à la peau blanche comme neige. Et voilà précisément où l’histoire que vous croyiez connaître prend fin et où la nouvelle adaptation épique et envoutante de ce célèbre conte des frères Grimm débute. Notre héroïne, dont la beauté vient entacher la suprématie de l’orgueilleuse Reine Ravenna et déclencher son courroux, n’a plus rien d’une damoiselle en détresse, et la cruelle marâtre en quête de jeunesse éternelle ignore que sa seule et unique rivale a été formée à l’art de la guerre par le chasseur qu’elle avait elle-même envoyé pour la capturer. Alliant leurs forces, Blanche-Neige et le chasseur vont fomenter une rébellion et lever une armée pour reconquérir le royaume de Tabor et libérer son peuple du joug de l’impitoyable Ravenna.

 

Mon humble avis : Scènes de combats trop souvent illisibles, scénario parfois étrange, quelques scènes incohérentes (ou montage maladroit ?), quasiment aucun humour, très peu d’émotions, des dialogues plutôt fades. Vu sans ennui, mais vite oublié. Dans le genre, je préfère infiniment le précédent « Blanche-Neige » avec Lily Collins et Julia Roberts, pour son côté enchanteur, loufoque, et captivant, il m’avait émerveillé.

Image de prévisualisation YouTube
VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
Aucun tag pour cet article.
Pages: Page précédente 1 2 3 4 5 Page suivante