Archive for policier

Pages: Page précédente 1 2 Page suivante

Gangster Squad

Synopsis : Los Angeles, 1949. Mickey Cohen, originaire de Brooklyn, est un parrain impitoyable de la mafia qui dirige la ville et récolte les biens mal acquis de la drogue, des armes, des prostituées et – s’il arrive à ses fins – de tous les paris à l’ouest de Chicago. Tout ceci est rendu possible par la protection, non seulement des hommes de mains à sa solde, mais également de la police et des hommes politiques qui sont sous sa coupe. Cela suffit à intimider les policiers les plus courageux et les plus endurcis… sauf, peut-être, les membres de la petite brigade officieuse de la LAPD dirigée par les Sergents John O’Mara et Jerry Wooters qui, ensemble, vont tenter de détruire l’empire de Cohen.

Mon humble avis :  J’ai aimé l’interprétation, digne de l’excellent casting, l’ambiance, ainsi que l’esthétique particulière de ce film. Les scènes d’action sont réussies, à part quelques raccourcis un peu trop flagrants et deux ou trois incohérences. Le scénario est suffisamment captivant, même s’il est sans surprises.

Image de prévisualisation YouTube
VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
Aucun tag pour cet article.

Dos au mur

Synopsis : Ancien flic condamné à la prison pour un vol dont il se dit innocent, Nick Cassidy a réussi à s’évader. Dans un célèbre hôtel de New York, il monte jusqu’à l’un des derniers étages et enjambe la fenêtre. Le voilà dehors, sur la corniche, au bord du vide… Lydia Mercer, négociatrice de la police, est chargée d’essayer de le convaincre de ne pas sauter. Plus la jeune femme tente de dénouer cette situation périlleuse, plus elle prend conscience que Cassidy pourrait bien avoir un autre objectif… Son geste a peut-être un rapport avec le mystérieux projet sur lequel travaille son frère. Pendant que l’ex-flic est au bord du vide et attire l’attention de toute la ville, beaucoup de choses se trament et trop de gens semblent s’intéresser à son cas. Les pièces du puzzle vont se révéler peu à peu, au risque de faire tomber beaucoup plus qu’un seul homme.

Notre avis : Suspens, tension permanente, quelques scènes vertigineuses (pour lesquelles la 3D aurait probablement été la bienvenue), du rythme, une musique qui colle bien aux scènes… J’ai adoré ce film, malgré quelques grosses invraisemblances (je ne les détaille pas ici, afin de ne pas « spoiler »). Les deux principaux interprètes sont Sam Worthington (Jake Sully dans « Avatar ») ainsi que la ravissante Elizabeth Banks.

Image de prévisualisation YouTube

VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
Aucun tag pour cet article.

Sherlock Holmes 2 : Jeu d’ombres

Synopsis : Sherlock Holmes a toujours été réputé pour être l’homme à l’esprit le plus affûté de son époque. Jusqu’au jour où le redoutable professeur James Moriarty, criminel d’une puissance intellectuelle comparable à celle du célèbre détective, fait son entrée en scène… Il a même sans doute un net avantage sur Holmes car il met non seulement son intelligence au service de noirs desseins, mais il est totalement dépourvu de sens moral. Partout dans le monde, la presse s’enflamme : on apprend ainsi qu’en Inde un magnat du coton est ruiné par un scandale, ou qu’en Chine un trafiquant d’opium est décédé, en apparence, d’une overdose, ou encore que des attentats se sont produits à Strasbourg et à Vienne et qu’aux Etats-Unis, un baron de l’acier vient de mourir. Personne ne voit le lien entre ces événements qui semblent sans rapport, hormis le grand Sherlock Holmes qui y discerne la même volonté maléfique de semer la mort et la destruction. Et ces crimes portent tous la marque du sinistre Moriarty. Tandis que leur enquête les mène en France, en Allemagne et en Suisse, Holmes et Watson prennent de plus en plus de risques. Mais Moriarty a systématiquement un coup d’avance et semble tout près d’atteindre son objectif. S’il y parvient, non seulement sa fortune et son pouvoir seront sans limite, mais le cours de l’Histoire pourrait bien en être changé à jamais.

Notre avis : J’ai beaucoup aimé, mais j’aurais apprécié que le côté « observation / déductions » soit plus souvent mis en avant, afin que ce film corresponde un peu plus aux romans de Conan Doyle. Autre reproche : Certaines scènes de combats sont mal filmées ce qui leur donne un côté brouillon. Mais à part ces deux points négatifs, l’ensemble est très agréable : Quelques séquences « observation/déductions » quand-même (bien qu’elles ne soient donc pas assez nombreuses), de l’humour, du rythme, des personnages intéressants, une intrigue prenante, et une musique qui colle bien au film. A voir avec grand plaisir !

Image de prévisualisation YouTube

VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
Aucun tag pour cet article.

Millenium : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes

  Synopsis : Mikael Blomkvist, brillant journaliste d’investigation, est engagé par un des plus puissants industriels de Suède, Henrik Vanger, pour enquêter sur la disparition de sa nièce, Harriet, survenue des années auparavant. Vanger est convaincu qu’elle a été assassinée par un membre de sa propre famille. Lisbeth Salander, jeune femme rebelle mais enquêtrice exceptionnelle, est chargée de se renseigner sur Blomkvist, ce qui va finalement la conduire à travailler avec lui. Entre la jeune femme perturbée qui se méfie de tout le monde et le journaliste tenace, un lien de confiance fragile va se nouer tandis qu’ils suivent la piste de plusieurs meurtres. Ils se retrouvent bientôt plongés au cœur des secrets et des haines familiales, des scandales financiers et des crimes les plus barbares.

 

Notre avis : Par rapport à la précédente adaptation dont je trouvais la réalisation parfois un peu molle, j’ai préféré la mise en scène de celle-ci, un peu plus prenante. Pour ce qui est des personnages, Daniel Craig me semble moins convaincant que Michael Nyqvist dans le rôle du journaliste. Par contre, j’estime le personnage de Lisbeth aussi bien interprété par Rooney Mara que par Noomi Rapace, et ces deux actrices donnent vraiment un charme fou à leur personnage. L’enquête me semblait un peu plus captivante dans la première version, mais dans l’ensemble, j’ai quand-même aimé ce film, même si je ne le trouve pas inoubliable.

Image de prévisualisation YouTube
VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
Aucun tag pour cet article.

Killing Fields

Synopsis : À Texas City, la police fait face à une série de meurtres, mais les rivalités internes qui minent le service et l’endroit épouvantable où ont été retrouvés les corps – le terrain vague de Killing Fields – compliquent l’enquête. Dans le comté voisin, les inspecteurs Mike Souder et Brian Heigh travaillent sur la disparition d’une jeune fille. Pas de cadavre, aucune piste. Lorsque Anne, une gamine des rues que Brian a prise sous son aile, est portée disparue à son tour, les deux inspecteurs commencent à se dire que la solution se cache peut-être du côté de Killing Fields.

Notre avis : Je n’ai aimé ni le scénario (trop souvent incohérent), ni la réalisation (pas du tout convaincante). Déception également au niveau de l’interprétation, malgré le casting (entre autres : Sam Worthington, rôle principal dans Avatar et Last Night, et Chloe Moretz « Hit Girl » dans l’excellent Kick-Ass). L’ensemble m’a semblé embrouillé et même parfois soporifique. La seule chose qui m’ait plu, c’est l’ambiance un peu particulière, mais ça ne sauve pas le film. Ce film ne tient pas les promesses de la bande-annonce.

Image de prévisualisation YouTube
VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
Aucun tag pour cet article.

Les Lyonnais

Synopsis : De sa jeunesse passée dans la misère d’un camp de gitans, Edmond Vidal, dit Momon, a retenu le sens de la famille, une loyauté sans faille, et la fierté de ses origines. Il a surtout conservé l’amitié de Serge Suttel. L’ami d’enfance avec qui il a découvert la prison à cause d’un stupide vol de cerises. Avec lui, inexorablement il a plongé dans le Grand Banditisme, et connu l’apogée du GANG DES LYONNAIS, l’équipe qu’ils ont formée ensemble et qui a fait d’eux les plus célèbres braqueurs du début des années soixante dix. Leur irrésistible ascension prend fin en 1974, lors d’une arrestation spectaculaire. Aujourd’hui à l’approche de la soixantaine, Momon tente d’oublier cette période de sa vie. Sa rédemption, il l’a trouvée en se retirant des « affaires ». En prenant soin de Janou, son épouse, qui a tant souffert à l’époque et de ses enfants et petits enfants, tous respectueux, devant cet homme aux valeurs simples et universelles, lucide et pétri d’humanité. A l’inverse de Serge Suttel, qui malgré le temps n’a rien renié de son itinéraire.

Notre avis : Un chef d’œuvre ! Excellent casting dans les rôles principaux, mais également dans les seconds rôles. Un polar très sombre, une histoire intéressante, avec alternance entre scènes d’action et états d’âme, brutalité et réflexion. Les « flash back » ne cassent pas le rythme, le film ne provoque aucun ennui. De plus, ce film met bien en évidence la différence entre les racailles d’aujourd’hui et les anciens voyous qui, à défaut d’un pseudo code d’honneur, avaient au moins une autre mentalité que ceux d’aujourd’hui. On a également beaucoup aimé, entre autres, certaines choses qui passaient par les regards entre les personnages d’Edmond Vidal (le personnage principal) et de Max Brauner (le chef de l’Antigang).

Image de prévisualisation YouTube
VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
Aucun tag pour cet article.

R.I.F.

Synopsis : Sur la route des vacances, la femme de Stéphane Monnereau, capitaine de police à la P.J. parisienne, disparaît. Les indices semblent indiquer qu’il n’est peut-être pas étranger à cette disparition. Pour éviter d’être placé en garde-à-vue, Stéphane prend la fuite avec son fils. Désormais il devra assumer seul sa double mission : se disculper aux yeux des enquêteurs et savoir ce qui est vraiment arrivé à sa femme.

Notre avis : Quelques invraisemblances dans l’histoire, et deux ou trois incohérences dans le comportement de certains personnages. Beaucoup de déjà vu donnant parfois une impression de « copier-coller », comme par exemple une certaine scène dans la gendarmerie (On ne peut en dire plus sous peine de dévoiler le film). Dommage, car  l’ambiance est appréciable, ainsi que l’interprétation de Yvan Attal et de Pascal Elbé. De plus, l’idée de départ est plaisante. Vu sans aucun ennui, mais vite oublié hélas.

Image de prévisualisation YouTube

VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
Aucun tag pour cet article.

La proie

Synopsis : Un braqueur s’évade de prison pour traquer son ancien codétenu, un tueur en série qui a entrepris de lui coller ses crimes sur le dos. Une policière de la Brigade des Fugitifs se lance à la poursuite du braqueur, devenu bien malgré lui l’ennemi public numéro 1. Quand chacun des protagonistes aura été au bout de lui-même, qui sera le chasseur, et qui sera la proie ?

 

Notre avis : Un excellent thriller, aussi rythmé que « A bout portant ». Albert Dupontel est très convaincant, et débordant d’énergie. Excellente réalisation d’Eric Valette. Le scénario est solide.  Malgré quelques situations pas toujours réalistes, ce film est captivant.

Image de prévisualisation YouTube
VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
Aucun tag pour cet article.

L’Assaut

Synopsis : Samedi 24 décembre 1994.
Quatre terroristes du GIA prennent en otage à Alger l’Airbus A-300 d’Air France reliant la capitale algérienne à Paris et les 227 personnes présentes à bord. Personne ne connaît leurs intentions : ils sont armés et apparaissent extrêmement déterminés.  Les terroristes revendiquent la libération de leurs camarades d’armes et exigent le décollage immédiat de l’avion. Mais ce n’est finalement qu’après de longues négociations diplomatiques tendues entres les gouvernements français et algériens et l’exécution de 3 passagers que l’avion quitte l’aéroport d’Alger. Nous sommes le lundi 26 décembre, il est 3h33 du matin, quand l’Airbus d’Air France atterrit à Marseille-Marignane. Trois personnages, Thierry, un soldat du GIGN, Carole Jeanton, une technocrate ambitieuse et Yahia Abdallah, un Djihadiste déterminé sont au cœur de l’événement. Leurs logiques vont s’affronter jusqu’au dénouement final. Devant 21 millions de téléspectateurs, l’assaut du GIGN va mettre un terme à cette prise d’otage sans précédent dans l’histoire du terrorisme.

Notre avis : Ce film relate l’intervention du GIGN du 26/12/1994. Un avion, 4 terroristes neutralisés, et pas un seul passager touché parmi les 170 encore présents lors de l’assaut, un véritable exploit technique. 9 gendarmes blessés, dont certains grièvement.

Le film proprement dit : Points positifs : La tension est bien restituée, les techniques sont réalistes, et l’assaut proprement dit est captivant. Tous les gendarmes cagoulés vus dans ce film (sauf les deux acteurs principaux bien sûr)  sont de véritables membres du GIGN ayant participé à cet exploit. Points négatifs : Le style « caméra à l’épaule » est utilisé à outrance, et avec un montage parfois hasardeux, ce qui donne quelques scènes pratiquement incompréhensibles lors de l’assaut. De plus, ce film aurait gagné à durer quelques minutes de plus, de manière à pouvoir faire ressentir l’ambiance propre à ces groupes.

Image de prévisualisation YouTube

VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 8.0/10 (2 votes cast)
Aucun tag pour cet article.

A bout portant

Synopsis : Tout va pour le mieux pour Samuel et Nadia : lui est bientôt infirmier et elle, attend son premier enfant. Mais tout bascule lorsque Nadia se fait kidnapper sous l’oeil impuissant de Samuel. A son réveil, son portable retentit : il a trois heures pour sortir de l’hôpital dans lequel il travaille un homme sous surveillance policière. Le destin de Samuel est désormais lié à celui de Sartet, une figure du banditisme activement recherchée par tous les services de police. S’il veut revoir sa femme vivante, Samuel doit faire vite.

Notre avis : Beaucoup d’invraisemblances et de clichés, mais la réalisation et le rythme sont tellement prenants que l’on savoure quand-même ce polar avec grand plaisir. Aucune longueur, ce film vous saisit du début à la fin sans vous laisser le temps de souffler. Les trois interprètes principaux sont excellents dans leurs rôles, avec mention particulière pour Gérard Lanvin en très grande forme.

Notre note : 16/20 pour cet excellent polar français.

Image de prévisualisation YouTube
VN:F [1.9.22_1171]
Un petit vote si ce billet vous a plu :
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
Aucun tag pour cet article.
Pages: Page précédente 1 2 Page suivante